DANTE.

 

 

 

 

 DANTE. dans Littérature 220px-dante-alighieri

 

 

DANTE ALIGHIERI.

 La vie de Dante : 

 

 

   Dante Alighieri (1262-1321) est un poète, homme politique et écrivain florentin. Son père est Alighiero di Bellincione et sa mère Bella degli Abati. Sa mère mourut alors que Dante n’avait que 13 ans et son père décèda 5 ans plus tard.

  Dante séjourne à Bologne puis à Florence où il suit des études. Il y rejoint le milieu des artistes dont les poètes.

  Dante dans sa vie est un Florentin engagé et il joue un rôle actif dans la politique de Florence. Cet engagement lui vaut d’être condamné, d’avoir ses biens confisqués et d’être exilé. A partir de ce moment, il ne reviendra , à son grand regret, plus à Florence.

  Dante Alighieri a 9 ans lorsqu’il rencontre Béatrice Portinari (1266-1290). Ensuite il la revoit 9 ans plus tard. Béatrice a épousé Simone de Bardi. Elle meurt très jeune à l’âge de 24 ans.

  Pour certains, Béatrice n’a jamais exité mais des témoignages contemporains sont formels sur son existence.

  Béatrice lors de ses rencontres avec Dante ne semble pas lui accorder une attention particulière. Mais Dante à sa vue est touché par sa beauté et en fait une incarnation divine qui inspirera toute son oeuvre.

   A 12 ans Dante eut son mariage négocié par sa famille avec Gemma, fille de Messer Maneto Donati, qui devient son épouse. Ils eurent plusieurs enfants. Mais Dante ne cessa de penser et d’aimer Béatrice.

 

L’oeuvre de Dante : 

  Dans  » Vita Nova « , (Vie Nouvelle), composée entre 1292-1294, Dante montre sa passion et son désespoir à la mort de Béatrice. Il y chante la gloire de sa bien aimée.

 ( p 28 Vie Nouvelle, librairie générale française 1996), Dante écrit :  » Dès lors je dis qu’Amour s’empara de mon âme, qui lui fut si tôt soumise et commença à prendre sur moi telle assurance et tel pouvoir, par la force que lui connaît mon imagination, qu’il fallait exécuter complètement tous ses désirs. Il me recommandait maintes fois de chercher à voir ce jeune ange. « 

  (p 30, Vie Nouvelle, même collection) :  » Depuis cette vision mon esprit naturel commença à être empêché dans ses fonctions, parce que l’âme était toute occupée à penser à cette très noble dame. « 

  Dans un rêve, Dante voit apparaître le dieu Amour qui porte Béatrice dans un drap couleur sang et qui tient dans sa main le coeur enflammé de Dante, le donne à manger à Béatrice puis s’élève au ciel.

  (p 29,Vie Nouvelle,  même collection):  » Il s’efforçait tant et de toutes ses forces qu’il lui faisait manger la chose brûlant entre ses mains, que craintivement elle mangeait. Peu après sa joie se changeait en des pleurs amers. Ainsi pleurant, il reprenait cette dame dans ses bras et il semblait qu’avec elle, il s’en allait au ciel.

  Lorsque Dante apprend la mort de Béatrice, il est plongé dans une grande tristesse. Cette douleur le mène vers la théologie et la philosophie.

  En exil Dante se consacre à l’écriture. Il écrit de nombreux ouvrages. En 1303  » de Vulgari Eloquentia » (de l’Eloquence en langue vulgaire)  où il affirme que la langue vulgaire (langue italienne) doit s’imposer dans l’écriture à la place du latin.

 (p387, De l’Eloquence en langue vulgaire)  » La langue vulgaire est la plus noble de ces deux langues, parce que c’est la première langue parlée par le genre humain, parce que le monde entier s’en sert ( avec des prononciations et des mots différents, il est vrai) et parce que c’est la façon naturelle de s’exprimer, tandis que l’autre langue est artificielle. « 

  (p 424, De l’Eloquence en langue vulgaire, même collection) :  » La suite de notre démarche exige que nous abordions l’analyse des vocables magnifiques, dignes d’appartenir au style le plus élevé. « 

  Dante continue a faire l’éloge de la langue vulgaire dans  » Il convivio », le Banquet, écrit en 1305 .

  (p 200, Le Banquet, même collection) :  » Revenant donc à mon propos principal, je dis que l’on peut clairement voir que le latin n’aurait apporté de bienfait qu’à un petit nombre, mais que la langue vulgaire ( l’italien) servira vraiment à un grand nombre. « 

  (p 207, Le Banquet, même collection) :  » Aussi la langue vulgaire est-elle d’autant plus proche qu’elle vous est plus unie, car elle est seule et unique d’abord dans votre esprit avant toute autre; et non seulement elle est unie de par soi-même, mais aussi par accident, en ce qu’elle est liée aux personnes les plus proches, comme les parents, les concitoyens et les compatriotes « .

  (p 207, Le Banquet, même collection)  » La bonté de la langue vulgaire me fit aussi l’aimer. « 

  Il parle aussi dans «  le Banquet  » de la philosophie et de la science qui épanouit l’homme.

  (p 249, Le Banquet, même collection, chapitre XV) :  » Ainsi, à la fin de ce livre, je dis et affirme que la dame dont je m’épris après mon premier amour, fut la très belle et honnête fille de l’empereur de l’univers, que Pythagore nomma philosophie. « 

  Il rédige  » De Monarchia  » (la Monarchie) entre 1313 et 1318 où il mentionne dans un premier livre la monarchie universelle comme système politique idéal et dans un deuxième livre, il démontre que le peuple italien doit détenir l’autorité suprême.

  (p 445, De Monarchia, même collection) » Or il est établi que l’ensemble du genre humain est ordonné en vue d’une seule et même fin, comme celà a déjà été démontré : il faut donc qu’une seule autorité règle ou gouverne et cette autorité doit être appelée « Monarque » ou « Empereur ».  Ainsi apparaît-il clairement que la Monarchie ou l’Empire est nécessaire au bien être du monde. « 

  (p 456, De Monarchia, même collection)   » (…) selon ses aspects communs, qui appartiennent à tous, le genre humain doit-être gouverné par le Monarque, lequel doit le conduire à la paix par une règle commune. « 

 

Dante et la Divine Comédie : 

  Dante lors de la rédaction de la Divine Comédie en 1306, se consacre au chef d’oeuvre de sa vie.

  Dans cette oeuvre, il recherche la vision de Béatrice. Il écrit à la première personne le  » je » fait nouveau dans la littérature romane.

  Certains disent que Dante se serait inspiré de Risalat Al-Ghufran d’Abul Alaa Al Maari (973-1057), poète et Philosophe arabe,  en écrivant la Divine Comédie.

  La Divine Comédie montre le voyage imaginaire de Dante qui se trouve dans une forêt sombre. Béatrice lui envoie Virgile pour guider ses pas. Dante pénètre dans le monde de l’au-delà. Il visite l’Enfer, le Purgatoire et enfin le Paradis. Il y rencontre entre autres de grands philosophes ainsi que des personnalités qui lui sont proches. Béatrice l’attend au porte du paradis et l’accompagne. Saint Bernard de Clairvaux est à ses côtés lors de sa rencontre avec l’Etre Divin.

  Dans l’atmosphère du paradis, Dante retrouve en Béatrice béatifiée, un guide sévère et compatissant pour ses fautes, prompte à l’instruire, avec l’aide de Saints (Pierre, Jacques, Jean et d’autres) dans la compréhension des mystères divins.

  Béatrice dit à Dante que bien qu’il l’ait quelquefois oubliée, jamais nature ou l’art n’avait pu lui offrir un plaisir pareil à celui qu’il avait ressenti en admirant sa Beauté.

  L’architecture complexe décrite fournit à Dante l’occasion d’un cheminement initiatique, didactique, purificateur et mystique à travers les trois royaumes du pêché, du repentir et de la contemplation des éternelles vérités. La Divine Comédie est aussi une oeuvre littéraire.

 

   Béatrice dans l’oeuvre de Dante est  la femme la plus idéalisée par le plus pur et le plus désinteressé des amours.

 dans Littérature            

Béatrice.

Ecrit et publié le 06 Octobre 2008 par Chantal Flury. background-2008_039.jpg

 

 


Répondre

"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Ilona, Mahée et Mila. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ailes du Temps
| David Besschops
| professeur.de.français