KARL MARX.

KARL MARX. dans Philosophie. karl_marx_001-210x300

 

 

 

 

KARL MARX.

  Karl Marx était un activiste politique, philosophe et théoricien allemand, célèbre pour sa critique du capitalisme et sa vision de l’histoire comme résultat de la Lutte des Classes à l’origine du Marxisme.

  Karl Marx par son action politique a profondément marqué l’humanité au XIXème et au XXème siècles. Il est sans contexte par sa pensée celui qui a eu l’influence la plus déterminante sur l’histoire mondiale.

La vie de Karl Marx. 

  Karl Marx est né le 05 mai 1818 à Trèves en Rhénanie, alors sous domination Prussienne, dans une famille juive convertie au protestantisme.

  Son père Heinrich Marx (1777-1838) est un avocat issu d’une famille de rabbins et de marchands qui adopte la religion protestante. Sa mère s’appelle Henriette née Pressburg (1788-1863). Karl Marx est baptisé au luthéranisme en 1824.

  Après avoir obtenu l’équivalent du Baccalauréat en Allemagne au lycée de Trève, Karl Marx entre à l’université d’abord de Bonn pour y étudier le Droit, puis de Berlin où il apprend davantage l’histoire et la philosophie.

  A Berlin il appartient au cercle des « Hégéliens de gauche » nommé aussi « Jeunes Hégéliens » . Il finit ses études en 1841 par la présentation d’une thèse de doctorat rédigée en grec ancien sur la différence des philosophes de la nature de Démocrite à Epicure.

  Il s’engage aussi dans les luttes pour la Démocratie et l’émancipation des travailleurs. Il part après ses études pour Bonn pour devenir Professeur mais il abandonne une carrière universitaire face à la politique du gouvernement.

  En 1843 à Bad Kreuznach, Karl Marx épouse une amie d’enfance, Jenny Von Westphalen. Elle est issue de la noblesse prussienne. Il a , avec elle, des enfants dont 3 seulement arriveront à l’âge adulte.

  Sa théorie, le marxisme a eu un impact politique et idéologique sans équivalent dans l’histoire contemporaine. Quelques décennies seulement après sa mort, une grande partie du globe se réclamait de sa pensée.

  Le marxisme a inspiré de façon directe ou indirecte, les régimes sous lesquels vivaient au milieu du XXème siècle plus d’un tiers de l’humanité, de l’Union soviétique à Cuba, de la Chine populaire à l’Albanie, de la Corée du Nord aus Etats marxistes d’Afrique.

  Mais après la chute du Mur de Berlin en 1989, l’effondrement du bloc communiste et la crise profonde du marxisme, Marx est une victime de l’histoire.

Karl Marx et la philosophie. 

  Karl Marx niait être philosophe mais il prolonge et transforme radicalement les manières de penser. Il écrit en 1844, dans la onzième des Thèses sur Feuerbach :  » Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, ce qui m’importe c’est de le transformer. »

  Le but de Karl Marx est de voir disparaître le salariat et l’exploitation de l’homme par l’homme, sortir du temps des servitudes où dominent des mirages comme la religion.

  Karl Marx écrit de la dialectique chez Hegel : « Chez lui elle marche sur la tête; il suffit de la remettre sur ses pieds pour lui trouver une physionnomie tout à fait raisonnable. » 

  Karl Marx met en effet en oeuvre un profond bouleversement  entre ce qu’il appelle la vie et la conscience. A ses yeux, le monde matériel produit les idées que les hommes ont en tête. C’est en fonction des relations économiques, de la manière dont les humains produisent leurs conditions de vie matérielle à travers la technique, les modalités de l’industrie et du commerce d’une époque donnée, que s’élaborent les représentations. Ce sont les conditions matérielles qui engendrent les idées et non les idées qui engendrent les conditions matérielles.

  Karl Marx montre que la philosophie ne peut être coupée de son contexte social, historique, économique et politique. Au lieu de considérer isolément les affirmations philosophiques, il incite à chercher ce qui les motive, les engendre et les façonne. Il convient de passer derrière le sens apparent pour chercher ses causes cachées.

La doctrine de Karl Marx. 

  Karl Marx dit avoir dégagé les mécanismes essentiels de l’économie mais aussi de l’évolution historique. Cette connaissance de l’histoire peut guider l’action politique. Mais il élève aussi une protestation morale, lorsqu’il décrit la misère du prolétariat, les conditions de vie insalubres , les taudis de Londes, le travail des enfants, la deshumanisation générale de l’industrialisation et ce que le capitalisme engendre sous nos yeux.

  Dans sa doctrine, Karl Marx nous a laissé d’innombrables outils d’analyse.

Le Manifeste du parti communiste. 

  Karl Marx critique l’indifférence à l’égard des hommes de l’économie politique. Les économistes sont indifférents à la réalité humaine de la vie du travailleur, qui n’est réduit à n’être qu’une variable dans la production.

  La machine sociale dans son ensemble est indifférente à la vie réelle des hommes, les transformant en producteurs, en consommateurs. L’argent rend les humains indifférents les uns des autres, indifférents à eux-mêmes. Le capitalisme substitue un univers déshumanisé où ne subsistent que des marchandises qui s’échangent.

  Longtemps ignorés, publiés en 1932, ces textes d’un penseur de 26 ans sont d’une étonnante actualité. A les lires on retrouve les critiques d’aujourd’hui envers la société de consommation.

 

  Le 25 août 1844, Friedrich Engels rencontre à Paris Karl Marx pour la première fois. C’est le début d’une profonde amitié. Ils vont rédiger ensemble la Sainte Famille puis l’Idéologie Allemande, et bientôt le Manifeste du Parti Communiste qui paraît en 1848.

  Marx considéré comme un dangereux révolutionnaire est chassé de Paris en 1845. Il arrive alors à Bruxelle. La maison qu’il occupe à Ixelles sert de point de rencontre de tous les opposants politiques entre janvier 1847 et février 1848.

  Karl Marx dit:  » Le communisme n’est pour nous ni un état qui doit être créé, ni un idéal sur lequel la société devra se règler. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel. »

  Au printemps 1847, Marx et Engels rejoignent un groupe politique clandestin, la Ligue des Communistes. Ils y prennent une place prépondérante lors de son second congrès à Londres en Novembre 1847.

  A cette occasion, on demande à Marx de rédiger le Manifeste de la Ligue, connu sous le nom de Manifeste du Parti Communiste qui paraît en février 1848.

  A l’éclatement de la Révolution de Février 1848, Karl Marx quitte la Belgique pour revenir à Paris. Ensuite il part pour Cologne d’où il est expulsé le 16 mai 1849.

  Il revient à Paris . Il en est chassé après la manifestation du 13 juin 1849. Il part pour Londres où il résidera jusqu’à la fin de sa vie.

  Ce n’est qu’en 1859 qu’il achève et publie  » la contribution à la critique de l’économie politique « .

   Il dit  » Je ne pense pas qu’on ait jamais écrit sur l’argent tout en en manquant autant. » Karl Marx vit dans une extrème pauvreté. Engels l’aide financièrement. En 1864, sa situation s’améliore avec l’héritage de sa mère.

 

Le Capital . 

  Le Capital, dont le Livre I est publié en 1867, après plus de 20 ans de travail, est la plus grande oeuvre théorique de Karl Marx.

  Cette oeuvre a pour but d’analyser le mode de production capitaliste et les rapports de production qui l’accompagnent. Il y collecte une masse considérable de nouveaux matériaux.  Au centre du livre I, se trouve la théorie de la plus value exposant le mécanisme du profit. Des notions utilisées s’y retrouvent : valeur d’usage et valeur d’échange, plus-value absolue et plus-value relative, baisse tendancielle du taux de profit. Elles appartiennent aujourd’hui à l’histoire des idées et des doctrines politiques.

  En effet, leur pertinence permet de rendre compte des réalités économiques actuelles et des processus capitalistes contemporains.

  Karl Marx y annonce la paupérisation croissante du prolétariat et une baisse tendancielle du taux de profit.

  Il continue son travail pour achever les deux tomes suivant mais malade et manquant de temps, il ne laissera que des brouillons inachevés.

  Il meurt à Londres le 14 Mars 1883. Sa femme qui l’a soutenu toute sa vie, est décédée antérieurement le 02 Décembre 1881. Il voit l’écrasement de la Commune de Paris en 1871. 

Texte écrit et publié par Chantal Flury le 29 Janvier 2009.background-2008_039.jpg 

 

 

 


Autres articles

Un commentaire

  1. chantalflury dit :

    Djamel Ferhi

    Marx a ajouté une précieuse pierre à l’édifice « communiste » à travers le continent du matérialisme historique dont il est le père. Cependant, il a fait deux erreurs capitales : 1) il s’est attaqué à tous les capitalistes sans faire le tri entre le capitaliste-ouvrier, qui gagne son croûton à la sueur de son front pourtant il reconnaît au bourgeois le mérite d’avoir brisé les reins des féodaux et fait avancer l’histoire, et le spéculateur sangsue, l’usurier, l’escroc (Suisse, Lichtenstein, îles caïmans et toutes sortes de paradis fiscaux vers lesquels ont fait fuir les deniers nationaux) qui escroque tout aussi bien le capitaliste ouvrier comme l’ouvrier ; 2) sa deuxième erreur fondamentale est d’ordre philosophique (c-à-d essentielle) il a opposé l’athéisme scientifique aux religions au lieu de comprendre que les religions ont leurs propres sciences et que leurs contradictions se trouvent tout d’abord en elles… Marx aurait dû comprendre Hegel au lieu de s’attaquer à son idéalisme philosophique en lui opposant son matérialisme historique qui a ses propres contradictions lui aussi !!

Répondre

"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Ilona, Mahée et Mila. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ailes du Temps
| David Besschops
| professeur.de.français