LES HIRONDELLES DE KABOUL de YASMINA KHADRA.

Yasmina Khadra au Salon du livre de Paris en mars 2010.

Editions Julliard, Paris, 2002.

LES HIRONDELLES DE KABOUL. 

Atiq Shaukat, moudjahid, ramasse son turban et sa cravache (p123). Il est gardien de la geôle de Kaboul. Il veille sur les condamnées, par exemple sur une femme qui a commis un adultère qui doit être exécutée pour prostitution (p18). Il laisse rentrer deux miliciennes en tchadri qui viennent la chercher pour cette exécution publique. Elle va être lapidée.

La femme d’Atiq, Mussarat a un cancer, souffre et va bientôt mourir. Ils se disputent souvent.

 » Surprise par la violence de son époux et achevée par ses propos, Mussarat s’affaisse par terre, les mains autour de sa gorge meurtrie, les yeux exorbités d’incrédulité.  » (p123).

Mohsen, dans ce monde de l’intégrisme, a perdu ses repères et il ramasse lors de l’exécution trois pierres mis à la disposition du public sanguinaire. Il touche le front de la condamnée avec la dernière pierre et une tâche rouge apparaît. Il réalise d’un seul coup son geste et est tout retourné d’avoir ainsi participé à la mort d’une femme. Pendant ce temps, les talibans veillent.

 » Je ne sais ce qui m’a pris. C’est arrivé si vite. Comme si la foule m’avait ensorcelé. Je ne me rappelle pas comment j’ai ramassé les pierres. Je me souviens seulement que je n’ai pu m’en défaire, qu’une rage irrésistible s’est emparée de mon bras… Ce qui m’épouvante et m’afflige en même temps, c’est que je n’ai même pas essayé de résister. « (p3).

Enterrée jusqu’aux genoux pour se tenir droite, bâillonnée, sa mort n’a duré qu’une minute.

Les femmes ici sont couvertes et non vues pour ne pas déshonorer leurs époux. Elles sont considérées comme des êtres malsains et pervers que l’on doit surveiller et mettre à l’écart des autres hommes.

Moshe parle à sa femme Zunaira qui est très belle, de son intervention à l’exécution. Elle le rejette alors dégoûtée. Il lui demande de sortir avec lui. Elle enfile alors, ancienne avocate qui a connu la liberté à kaboul, son tchadri, à l’obscurité grillagée, à contre coeur. Dans la rue, elle est mise à l’écart, en plein soleil, par un sbire qui contraint Moshe à aller prier à la mosquée. Il a dû s’y soumettre. A son retour; affligée Zunaira se refuse totalement à lui.

 » (…) L’Occident a péri, il n’existe plus. Le modèle qu’il proposait aux nigauds a failli. C’est quoi ce modèle? C’est quoi au juste ce qu’il considère comme une émancipation, une modernité ? Les sociétés amorales qu’il a mises sur pied, où le profit prime, où les scrupules, la pitié, la charité compte pour des prunes, où des valeurs sont exclusivement financières, où les riches deviennent tyrans et les salariés des forçats, où l’entreprise se substitue à la famille pour isoler les individus afin de les domestiquer puis de les congédier sans autre forme de procès, où la femme se complaît dans son statut de vice, où les hommes se marient entre eux, où la chair se négocie au vu et au su de tous sans susciter la moindre réaction, où des générations entières sont parquées dans des existences rudimentaires faites d’exclusion et d’appauvrissement ? (…) « (p75)

Moshe essaye, en vain, de la faire venir dans sa couche. Alors cette dernière le pousse. Moshe glisse, tombe à la renverse, sa tête heurte une saillie dans la paroi et il se tue. (p103).

Arrêtée, Zunaira, plus belle que le ciel, est conduite à la geôle d’Atiq. Ce dernier, en la voyant sans voile, en tombe immédiatement amoureux. Il rentre chez lui et éprouve le besoin d’en parler à sa femme. Cette dernière se rend compte que son mari aime enfin…Se sachant condamnée par la maladie, elle lui propose de prendre sa place.

 » Tu es entrain de vivre les seuls moments dignes d’être vécus… En amour même les fauves deviennent divins… » (p131).

Zunaira que l’on croit être sa femme, attend dans le bureau d’Atiq. Quassim Abdul Jabbar arrive en 4 fois 4. Il est suivi d’un mini bus. Il pénètre dans la maison d’arrêt. Atiq a peur, a froid.  Deux miliciennes arrivent (p135).  La prisonnière est devant elles. Il dit à Quassim que son épouse est dans le bureau. L’échange entre les deux femmes a été fait. Quassim propose que sa femme se joigne à ses soeurs et ses femmes dans ce mini bus (p137).

D’autres exécutions ont lieu ce jour là. Un homme par exemple, ligoté à genoux, a la gorge tranchée (p139).  La prisonnière est emmenée au milieu de la pelouse pour l’exécution. un coup de fusil à l’arrière du crâne part (p139).

Lorsque Attiq revient à lui, Zunaira a disparu.

 » Atiq regarde autour de lui, il se rend compte qu’il n’y a plus personne sur la place. Hormis le ciel chargé de poussière et le portail du stade grand ouvert, c’est le silence; un silence misérable, profond comme un abîme. Atiq regarde autour de lui, incrédule, complètement désorienté; il est bel et bien seul.  » (p141).

Atiq devient fou. Il part dans la rue et croit reconnaître dans toutes les femmes qui passent Zunaira. Il va au cimetière et s’écroule devant la tombe de son épouse. Puis il court dans la rue et veut retirer à toutes les femmes leur tchadri pour reconnaître Zunaria. Une avalanche de cravaches, savates, cravaches pleuvent sur lui. Il s’effondre et s’écroule dans le noir (p148).

Quel espoir est-il permis à Kaboul ?

Ecrit et publié par Chantal Flury le 29 Novembre 2011.background-2008_039.jpg

 


Autres articles

Répondre

"Le regard des autres", 1er... |
Atelier permanent de lectur... |
Ilona, Mahée et Mila. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Ailes du Temps
| David Besschops
| professeur.de.français